L’Échangeur Turcot

Montréal, 8 Février 2007

Avis à tous les artistes et archéologues urbains, L’échangeur Turcot est un point de rencontre de plusieurs autoroutes en milieu urbain. Les ingénieurs trouveront avec raison que, dans le genre, c’est un bel ouvrage d’art. Il reste que comme environnement de vie, c’est plutôt triste. On aura beau en changer la couleur, ça restera toujours un gros truc en béton qui tue la vie.

traffic

C’est une question de point de vue. Et on aurait avantage à examiner plusieurs points de vue. Par exemple, au lieu de ne voir qu’un ensemble de lignes géométriques agréementées de couleurs qui se croisent, nous pourrions voir les dessous et les à-cotés de ce complexe autoroutier.

entrée

C’est un lieu inhabité qui est en général laissé à l’abandon même par les autorités. C’est sale, c’est pollué, c’est presqu’un dépotoir à ciel ouvert. C’est à proximité d’un rail de chemin de fer et d’une autoroute, tous deux extrêmement fréquentés.

graffitis

Et que dire de la poussière et de la pollution sonore et atmosphérique…oui on peut toujours y admirer des oeuvres graffitistes éphémères parmis les dizaines d’inscriptions sauvages qui décorent les pilliers de bétons. On ne pourra pas empêcher ce mode d’expression sous ces viaducs parce que c’est une véritable jungle urbaine dépeuplée en proie à l’anarchie.

terrain

Et ce qui se cache derrière tout cela, c’est le cash. Prenez par exemple cet autre point de vue. Vous voyez ici le terrain de 9 millions de pieds carré qui se trouve à l’ouest de l’échangeur Turcot. Les autorités diront bientôt ce qu’on en fera. Il est à prévoir qu’on y retrouvera des habitations. Soyons réaliste. C’est un des derniers terrains de cette envergure situé à 10 minutes du centre-ville, à coté des plus grands axes routiers, à 5 minutes des grands centres commerciaux. Notez que Montréal a un grand besoin de nouveaux citoyens, travailleurs, familles…..

Malheureusement, en ce moment, toutes les constructions, qui se trouvent à coté de l’échangeur, sont dans un état lamentable. Regardez qui habite là et dans quelle condition environnementale. C’est peut être là qu’il faut mettre l’argent et non dans les couleurs de l’autoroute…

Laisser un commentaire