• Accueil
  • > Les anciennes photos de la Une #5

Les anciennes photos de la Une #5

Comment Monter Plus  Haut 

visiteur escalier 1
Montréal, 13 Octobre 2008 – Homme dans l’Escalier

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir)

Un lundi gris.  C’est l’action de Grâce.  Jour idéal de rédemption.

Moi j’étais là pour l’ordre, l’aménagement, l’architecture.  Eux, ils étaient là pour tenter de s’élever, soit en montant à pied,  soit en montant à genoux.

visiteur escalier 2
Montréal, 13 Octobre 2008 – Femme dans l’Escalier

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir)

À genoux, c’est plus long, plus douloureux mais,  il paraît qu’on monte plus haut.

Laurent Boursier

 

Halloween Noire 

citrouille noire
Montréal, 20 Octobre 2008 – Citrouilles Noires

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir)

Même si elles ne sont pas oranges, est-ce que ce sont quand même des citrouilles?

Je les trouve encore plus bizarres comme ça, non ?

Laurent Boursier

 

Vue de Ville 

camion cochon
Montréal, 04 Novembre 2008 – Camion, Cochon, Cycliste, Piéton

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir)

Que dire de plus…Bon oui je sais, piéton ça commence pas avec un « c »
Laurent Boursier

 

Du Spectrum au Phoénix

Spectrum
Montréal, 09 Novembre 2008 – Démolition du Spectrum

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir)

C’est ce qui reste  du célèbre Spectrum, salle de spectacle mythique de Montréal. On peut voir, en avant plan, les débris  de ce qui fut la billetterie, le hall avec bar, l’accès à la régie et au balcon. Au fond à droite, c’est le bâtiment de la salle elle-même qui est en phase de décontamination, prélude à sa démolition.

Quand on se promène dans le secteur, on a l’impression que cette démolition et son remplacement par une tour à Condos, bureaux et commerces fait partie intégrante du plan de revitalisation  du fameux « Quartier des Spectacles » dont la réalisation est en cours à un jet de pierre de là.  Or, c’est un hasard qui va de toute façon participer à un formidable brassage urbanistique du Centre-ville Est de Montréal.

Maison du Jazz
Montréal, 09 Novembre 2008 – Le Blumenthal

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir)

Justement aujourd’hui, on nous annonce le début des travaux de rénovation de l’édifice Blumenthal, situé juste en face du Spectrum.  On y aménagera  « La Maison du Jazz » qui comprendra une salle de spectacle de style cabaret de 350 places.  Tel le Phoénix,  c’est le Spectrum qui renait l’autre coté de la rue.

Au final,  espérons  que ça donnera une image formidable de la ville qui,  non seulement servira à attirer  le touriste international  haut de gamme,  mais un lieu accessible et  dont les citoyens seront fiers.

Mais on est une gang de chiâleux…  Ce n’est donc  pas gagné.

Laurent Boursier

 

Hommage à l’Automobile

cinéparc st-eustache
Montréal, 17 Novembre 2008 – Cinéparc St-Eustache

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) (Désolé, c’était plus évident en couleur)

Je me suis bien demandé comment une telle installation pouvait encore avoir cette apparence pimpante…après tant d’années.  Mais finalement, il semble que la guitare et le cowboy ainsi que l’entrée du cinéparc ne datent que des années ’70.  Pourtant on reconnait bien là une tendance dans le design des enseignes commerciales qui remonte aux années ’30 et qui a connu son apogée dans les années ’50 avec le néon : L’enseigne thématique.

En fait, c’était surtout les motels qui avaient adopté cette idée de se personnaliser au point d’offrir un décor omniprésent dans les moindres détails du service offert.  Que ce soit  Hawaii avec cocotiers, ananas et huttes ou encore le style château avec tourelles et murs de pierres, ça se terminait toujours avec la fameuse enseigne sur le bord de la route avec le nom évocateur « Coconut Grove »  ou « Castel Inn », tels de petits Disneylands.  Non seulement le nom évoquait un lieu de rêve mais l’enseigne elle-même avait la forme de votre rêve : Ici un cocotier, là une tourelle.

Tout cela parce qu’on voyageait en automobile sur un interminable boulevard et qu’il fallait bien dormir quelque part.  Le choix s’arrêtait souvent sur l’enseigne la plus inspirante.

Ce style se perpétue encore.  Certains diront que c’est kitch.  Pourtant, St-Eustache, est une ville de banlieue.  Qui dit banlieue, dit étalement urbain et dit voiture.  Mais, ce n’est pas de voyage quotidien vers le boulot dont il s’agit.  Il s’agit d’un mode de vie:  L’automobile comme loisir, l’automobile comme plaisir.  Ce n’est pas moi qui le dit.  Lisez ce que les jeunes de St-Eustache racontent ici !

Il est évident que tout se fait en  auto à St-Eustache et la famille Mathers l’a bien compris en gardant ouvert un des très rares Cinéparc dans la grande région de Montréal. 

Alors, au lieu de trouver que c’est kitch comme enseigne, admettez que vous vivez  sur le bord d’une autoroute (la 640) à l’ère de l’automobile !

Laurent Boursier

 

Merry Spoonman !

Estève
Montréal, 23 Novembre 2008 – Cyrille Estève

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) (Désolé, c’était plus évident en couleur)

Depuis longtemps on l’appelle The Spoonman. Parce qu’il joue de la cuillère de bois devant la vitrine du magasin Ogilvy. Ça explique pourquoi on l’a baptisé ainsi, on est Downtown Montreal, dans l’Ouest, sur la rue Ste-Catherine.

On l’appelle ainsi à cause de sa bataille avec la Ville de Montréal  qui voulait l’empêcher  de jouer de la cuillère pour accompagner sa cassette de musique folklorique.  Trop bruyant les percutions ! s’était plaint un commerçant.

Grâce à l’appuie des passants sympathiques et des médias, surtout anglos,  de Montréal, il a gagné sa cause.  Depuis, on le laisse tranquille.  Et il nous le rend bien en étant toujours fidèle au poste, marquant les saisons.

On le voit ici, avec ses atours de Noël, devant la fameuse vitrine qui, à la veille des Fêtes, présente un village animé pour le plus grand plaisir des enfants et des parents.

C’est assurément un des personnages  les plus constants  du centre ville de Montréal.

Merci Cyrille Estève !
Laurent Boursier

Montréal,  l’hiver.

villa neige
Montréal, 21 Décembre 2008  – 20cm sur Villa Maria

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Il y a l’hiver avec la neige qui tombe, sans relâche, une bordée n’attend pas l’autre et ça recommence.  Bucolique ?  Oui mais faut avoir le temps d’aimer l’hiver !

feux artifice
Montréal, 20 Décembre 2008  – Patinoire d’artifice

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Il y a l’hiver de la fête avec sa patinoire frigorifiée dans le vieux port. (Ben oui il y avait un truc), son orchestre trad, ses jeux de lumières et ses feux d’artifices qui attire beaucoup de Montréalais.  Le Fédéral a compris c’est quoi un hiver de fête.

vitrine buee
Montréal, 23 Décembre 2008  – Un piéton, l’hiver

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Et il y a l’hiver de froid, l’hiver de glace où tout est gelé, même la misère.  Quelques braves téméraires s’aventurent dans la vie ordinaire, les dents serrées, le souffle court, histoire d’aller se chauffer ailleurs parce que chez eux, ils doivent payer pour geler.

C’était 3 visages de l’hiver montréalais. Il en reste 997 à trouver.
Laurent Boursier

 

Les 100 Ans du Canadiens.

figurines canadien
Montréal, 30 Décembre 2008  – Figurines de Hockey

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

À quoi ça sert d’avoir 100 ans si on en gagne pas une de temps en temps ? 

Premier constat, c’est que, en hockey,  l’expérience n’est pas cumulative sur 100 ans. S’tivident ! Comme dirait l’autre.  Les joueurs ne font que passer.  Ainsi, est-ce que le fait que Maurice Richard fut un grand jouer de hockey avec le Canadiens fait en sorte que le Canadiens est actuellement un grand club de hockey ?

Si c’est le cas, pourquoi on en gagne pas une – Coupe Stanley – de temps en temps ? Ça fait 15 ans qu’on n’a pas vu le saint bout de tôle à Montréal.  En 100 ans on l’a gagné 24 fois.  Alors, allez,  un petit effort. 

Moi j’échangerais bien  tous les produits dérivés, souvenirs, figurines, posters et chandails à l’éffigie du Canadiens pour une 25ième Coupe Stanley à Montréal en 2009.  

Laurent Boursier

 

L’Hiver en Crampons

quadriporteur
Montréal, 12 Janvier 2009  – Quadriporteur.

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Il y a des citoyens qui sont très touchés par l’hiver et par la piètre qualité du déneigement de Montréal.  Je parle ici des personnes à mobilité réduite qui doivent se déplacer en fauteuils roulants de toutes sortes.  Si on propose au bipèdes de se munir de crampons pour affronter  les trottoirs glacés, les personnes handicapées, elles,  sont interdites de sortie.  Oui c’est l’hiver.

Plusieurs réclament comme leur dû, rues et trottoirs dégagés à l’année. On est en milieux urbain !  On veut sortir, vivre et rouler ! On en a rien à foutre de l’hiver !

Mais l’hiver est plus fort que la ville.  Et un quadriporteur est-ce bien adapté ?  Où sont nos Bombardiers  et autres inventeurs pour proposer une solution  moderne aux personnes handicapés ?

Laurent Boursier

PAGODE DISPARUE

Pagode1
Montréal,  Septembre 1976  -  Pagode chinoise.

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Cette pagode n’existe plus.  Même cet angle de prise de vue  n’existe plus.  Suite à la construction (1978-1983) du complexe Guy-Favreau, un édifice gouvernemental, en plein dans le Quartier chinois de Montréal,   la pagode a été démantelée par la Ville de Montréal et entreposée dans un garage municipal pendant quelques temps.

Je sais qu’elle avait été offerte à la communauté par l’association des commerçants du Quartier chinoise . J’ignore le reste.  Par qui avait-elle été construite ? Qu’est-elle devenue?  Quelle valeur artistique avait-elle ?

C’était à l’époque du maire Drapeau. Un Montréal disparu…

(Si jamais vous avez d’autres infos, n’hésitez pas à m’écrire !)

Laurent Boursier

 

Échangeur Turcot:Souvenir

file0080.jpg
Montréal,  Février 2009  – Échangeur Turcot

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Parmi les paysages urbains montréalais qui disparaîtront dans quelques mois, au plus une année, il y a ceux-ci. Évidemment, l’autoroute elle-même, enchevêtrement de voies élevées, sera mise démolie pour être remplacée par des voies au sol.  Ç a fera moins de béton à entretenir.  Quand on pense aux pilliers et aux dessous des voies élevées qui se lézardent et qui nécessitent du rapiéçage afin d’éviter qu’un morceau ne s’écrase sur votre pare-brise quoiqu’on a vu pire.

Ci-haut, c’est une vue vers le nord  du coin Monk et Notre-Dame Ouest.  Quel sera le plan exact des nouvelles voies ?  Quel paysage, quelle vue aurons-nous? C’est à suivre.

img6097.jpg

Montréal,  Février 2009  – Lave – Auto
(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 
Autre paysage qui disparaîtra, c’est ce bâtiment abritant un lave-auto, rue Pullman, près de la rue St-Rémi.  Il se trouve exactement sur le nouveau tracé terrestre de l’autoroute.  Grosse perte ?  Pas vraiment, puisque ça n’a aucune valeur patrimoniale.  Certains diront que le quartier St-Henri, trouve sa valeur dans ses anciennes usines.  C’est vrai qu’il s’en trouve quelques-unes dans les parages mais elles ont été converties en condos ou en ateliers de mécanique.

Donc l’idée, c’est de témoigner que c’était comme ça avant la rénovation de l’autoroute. Il y en aura d’autres…
Laurent Boursier

 

Le Nouveau Complot

bas la vie
Montréal,  28 Février 2009  – Slogan 2009

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Ben oui.  Il paraît qu’ils veulent abolir la vie quotidienne.  Vous trouvez ça banal ?  Un simple jeu de mot ?  Y avez-vous pensé ?  Qu’est-ce qu’on va faire de tous ces gens ?  Ces gens qui ne font que ça, qui n’ont que ça…La vie quotidienne !

On voit tout de suite qui est derrière ça.  Ceux et celles qui ont du succès, ceux qui sont dans les journaux, à la télé, qui gagnent le million, qui sauvent des vies, qui inventent quelque chose, bref,  les « Pas Banals » !  Ce sont eux  qui rechignent, qui lèvent le nez quand c’est ordinaire, convenu, prévu, arrangé.

Mais ils n’ont pas pensé qu’il en faut des gens ordinaires qui , chaque jour font leur petite affaire, toujours la même.  Avez-vous pensé que sans eux, plus rien ne serait extra…ordinaire puisqu’il n’y aurait pas d’ordinaire.

Ça serait plate finalement.  Vraiment.  Qui a eu cette idée de complot ?

Laurent Boursier

 

Mime-moi Montréal 

Spiderman et Le Danseur
Montréal,  07 Mars  2009  -  Spiderman et Le Danseur

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Parole de mime, les temps sont durs.   Selon ces deux vétérans du macadam montréalais, les touristes désertent Montréal.  Pourtant, ils sont en plein coeur du quartier commercial, là où, même le dimanche, il se dépense des fortunes. Il est là, l’argent.  Mais le geste n’y est pas.

Quand le courant ne passe plus entre le mime et son public, la ville est triste.
Laurent Boursier

 

Terre-Neuve on the Rock

St-Jean TNL
St-Jean, T-N-L ,  28 Mars  2009  -  La Baie et la Ville

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Vous connaissez Terre-Neuve ?  Moi non plus !  Rien à foutre ?  Peut-être !  Mais pourtant, vous deviez.  Les Québécois auraient beaucoup à apprendre du nationalisme des Terre-neuviens.

On s’est tellement pas occupé d’eux depuis que c’est une province canadienne, et même avant ça, qu’ils se sont arrangé tout seuls.  Faut dire aussi qu’ils se sont aussi fait arranger. Les richesses  de Terre-Neuve n’ont jamais enrichi les Terre-neuviens. Ils sont enragés.

Au point où, aujourd’hui ils ne veulent plus se faire dicter quoi faire et comment faire sur leur territoire.  Car c’est sur leur territoire et son histoire qu’est basé la fierté  qu’est basé ce nationalisme.

Le discours  se tient dans les eaux de « Maître chez nous.  On est pas encore dans « Égalité ou indépendance » mais faudrait pas trop les écoeurer pour qu’ils franchissent le pas.

Car il n’y a pas juste sa géographie qui vaut à Terre-Neuve son surnom de « The Rock », il y a aussi la tête dure des Terre-neuviens.

Laurent Boursier

 

La Magie de Montréal

boutique magie
Montréal ,  17 Mars  2009  -  Boutique de Magie

(Cliquer sur la photo pour l’agrandir) 

Je ne suis pas entré.  Je suis resté dehors tellement j’étais surpris.  Je passe pourtant très souvent par là.  Jamais je ne l’avais remarquée.  Je suis repassé plusieurs fois  pour m’assurer  que je n’avais pas rêvé.  À chaque fois, elle était toujours là. À un moment je me serais cru sur cette rue,  dont parle Harry Potter, sur laquelle on trouve tout pour le sorcier.
Il n’y avait pas foule.  Peut-être que ce n’était pas l’heure.  Je me demande qui sont les clients.  Je me suis senti tout à coup un peu consommateur compulsif : entrons et achetons !  Mais quoi, quelle formule magie me serait utile ?  Qu’est-ce qui est urgent d’arranger ?  Il m’est alors venu tellement de choses dans la tête que je ne savais pas par où commencer.

Il y a bien l’économie qui va mal, les coupures de job, la pollution, Stephen Harper, la guerre mais c’est comme autre chose, ça finit par s’arranger tout seul.  Il me fallait plutôt  quelque chose d’un peu inutile d’inoffensif et qui ne risque pas de dérégler la planète.

Et puis ça m’a frappé d’un seul coup :   Les Canadiens de Montréal qui ont sérieusement besoin d’aide.  Est-ce que je pourrais faire tourner le vent, leur donner des ailes et du poids face aux méchants Bruins ?

J’imagine déjà la « Formule Magique » qu’il faut prononcer, par une nuit sans lune, alors que nous formons une chaîne humaine qui va de la statut de Maurice Richard jusqu’au mur du centre Bell…

Je ne suis pas entré.
Laurent Boursier 

Pour faire des commentaires:

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
 

Laisser un commentaire